L'arrière-monde ou l'Inconscient neutre - physique quantique et psychologie des profondeurs selon C.G. Jung et W. Pauli
Left services
testimonial

Bruno Traversi

Docteur en philosophie - Chercheur Université Paris Descartes

Alexandre Mercier

Professeur agrégé de physique

Antonio Sparzani

Physicien théoricien - Institut National de Physique Nucléaire de Milan 

La logique paradoxale de Ueshiba Morihei : ninifuni

Publié le : 26/06/2018 14:03:51
Catégories : Default

La logique paradoxale de Ueshiba Morihei : ninifuni

Si les dix mille choses sont produites par la force de contraste des « deux origines », ces deux origines sont elles-mêmes les deux aspects de l'Origine unique. Les deux polarités entretiennent donc une double relation : elles se rencontrent, « échangent », d'une part, et sont « liées » entre elles « immédiatement », ne faisant qu'une, à travers leur origine commune, d'autre part.  Dualité et non-dualité sont affirmées selon différents niveaux de réalité qui ne cessent jamais de coexister, de sorte que les « échanges mutuel » constituent l’interaction d'une entité avec elle-même. Le modèle physique que développe ici UESHIBA doit se comprendre à l'aune de la théorie du bouddhisme Shingon 真言 qu’il a étudiée depuis son plus jeune âge. Se fondant sur les Sutras Dainichi-Kyō et Kongō-Kyō, le Shingon affirme que la totalité de ce que nous percevons dans le monde, la diversité des phénomènes ne sont que les apparences multiples d’une seule et même réalité, l’Un – personnifié par le bouddha universel Dainichi [大日, skt. Vairocana]. Toute la doctrine du Shingon peut ainsi se résumer dans cette formule : ninifuni [二而不二] littéralement « duel et non duel ». Pour passer de la théorie physique et métaphysique à la pratique corporelle, UESHIBA identifie l'âme corporelle et l'âme spirituelle aux deux éléments, eau et feu. Les deux âmes sont ainsi considérées comme des manifestations opposées de l'Origine unique. D'une manière générale, toutes les formes de dualité sont pensées sur le modèle élémentaire de la relation de l'eau et du feu, notamment les deux âmes, mais aussi la relation entre les individus. Pour comprendre le point de vue de UESHIBA et par conséquent ses explications, il faut considérer qu'en aikidō, les deux adversaires (ou partenaires) se font face et pourtant sont un. Leurs échanges mutuels constituent un niveau de leur relation (le plus apparent) qui se fonde sur leur unité (qui n'est pas visible). Autrement dit, ils sont unis immédiatement par leur âme spirituelle [kon] appelée également « âme commune » et se rencontre à travers les sens, par le biais de leur âme corporelle [haku] respective.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)